SOURDINE


SOURDINE
SOURDINE

SOURDINE

Appareil accessoire s’adaptant sur certains instruments à cordes ou à vent et qui permet d’en assourdir la sonorité. Faite de bois, de métal, ou d’ivoire pour les cordes, la sourdine est placée sur le chevalet et intercepte les vibrations de la caisse de résonance. Son efficacité est plus grande au violon et à l’alto qu’au violoncelle et à la contrebasse. La sourdine des cuivres est un accessoire en bois ou bien en métal, de forme conique, et s’adapte au pavillon de l’instrument (cf., déjà, les trompettes bouchées de l’Orfeo de Monteverdi). Enfin, il y a au piano une pédale de sourdine qui rend le son plus doux et plus voilé.

sourdine [ surdin ] n. f.
• 1568; it. sordina, de sordo « sourd »
Dispositif qu'on adapte à des instruments de musique, pour amortir le son. La sourdine d'un violon. Jouer de la trompette avec la sourdine (cf. Trompette bouchée). Fig. « Je vous demande de mettre désormais une sourdine à votre gaieté » (Aymé),de la manifester moins bruyamment.
♢ EN SOURDINE. Jouer en sourdine, en modérant l'intensité du son. « La radio jouait en sourdine » (Montherlant). Fig. Sans bruit, sans éclat. discrètement. « Tout se passait d'ailleurs en sourdine » (F. Mauriac).

sourdine nom féminin (italien sordina, de sordo, sourd, du latin surdus) Dispositif destiné à atténuer l'intensité sonore des instruments de musique et à modifier leur timbre. ● sourdine (expressions) nom féminin (italien sordina, de sordo, sourd, du latin surdus) En sourdine, en faisant peu de bruit ; en modérant l'intensité des sons : Mettre la radio en sourdine ; à la dérobée, en secret, discrètement : Agir en sourdine. Familier. Mettre une sourdine (à quelque chose), mettre un frein, le manifester avec moins d'éclat.

sourdine
n. f. Appareil que l'on adapte à certains instruments de musique pour assourdir leur son.
Par ext. Jouer en sourdine, très doucement.
|| Loc. fig. Mettre une sourdine à: manifester (un sentiment, une attitude, etc.) avec moins de véhémence.

⇒SOURDINE, subst. fém.
A. — 1. MUS. Dispositif qui, adapté aux instruments à vent ou à cordes, en atténue l'intensité sonore et en modifie le timbre. Sourdine de cor, de trompette, de violon; sourdine en aluminium, en bois, en caoutchouc, en ivoire, en métal. On emploie les sourdines sur les contre-basses comme sur les autres instruments à archet, mais l'effet qu'elles y produisent est assez peu caractérisé; elles diminuent seulement un peu la sonorité des contrebasses en la rendant plus sombre et plus terne (BERLIOZ, Instrument., 1844, p. 74). On pourra être appelé, dans la douceur, à faire un emploi plus fréquent des trompettes et cornets, surtout en se servant judicieusement de la sourdine qui apporte tant de variété au timbre de ces instruments (Arts et litt., 1935, p. 40-1).
P. compar. Étouffée par l'épaisseur des murailles, comme par une sourdine, la musique avait une douceur étrange; c'était un chant d'une volupté triste, d'une langueur exténuée, exprimant la fatigue du corps et le découragement de la passion (GAUTIER, Rom. momie, 1858, p. 192).
P. méton. Son atténué, assourdi. Il lui suffit de s'avancer très légèrement pour percevoir les mots prononcés à voix basse qui composaient cette sourdine (QUENEAU, Pierrot, 1942, p. 86).
[Dans un piano] Ensemble des feutres qui, sous l'action d'un mécanisme commandé par une pédale, se posent sur les cordes pour étouffer le son. La sourdine (...) vient s'appliquer sur les cordes auxquelles elle sert d'étouffoir (BOUASSE, Cordes et membranes, 1926, p. 415).
P. méton. Pédale qui commande le mécanisme. Synon. pédale douce, pédale sourde (v. pédale1). La pédale de gauche, appelée pédale douce, sourdine (...) sert à diminuer le volume de la sonorité (ROUGNON 1935, p. 254).
2. P. méton., HIST. DE LA MUS.
a) Trompette à laquelle est appliquée une sourdine et qui servait à donner aux soldats un signal qui ne devait pas être entendu de l'ennemi (d'apr. WRIGHT Mus. 1941). Son de cette trompette. Sonner la sourdine (LITTRÉ).
b) Épinette dont les cordes sont mises en vibration par de petites pièces de bois garnies de drap. Une musique ancienne jouée sur un de ces instruments qu'on appelait sourdine et dont les touches enveloppées de drap produisaient, en frappant les cordes, des sons, nous dit Littré, sourds et mystérieux (GREEN, Journal, 1944, p. 170).
c) Petit violon. Synon. pochette. L'ancien instrument [la gigue] rétréci [prit] le nom de poche ou pochette; son peu de son lui valut aussi celui de sourdine (GRILLET, Ancêtres violon, t. 1, 1901, p. 163).
3. Locutions
a) En sourdine. En utilisant une sourdine. Jouer en sourdine. Les bruits les plus éloignés (...) se percevaient détaillés avec un tel « fini » qu'ils semblaient ne devoir cet effet de lointain qu'à leur pianissimo, comme ces motifs en sourdine si bien exécutés par l'orchestre du Conservatoire que, quoiqu'on n'en perde pas une note, on croit les entendre cependant loin de la salle du concert (PROUST, Swann, 1913, p. 33). Il y a (...) dans le jazz (...) des effets très nouveaux à exploiter, par exemple un violon solo jouant à la chanterelle accompagné par le groupe des trompettes en sourdine, rythmant la mélodie de syncopes imprévues (E. GUIRAUD, BUSSER, Instrument., 1933, p. 255).
P. anal. En baissant, en modérant l'intensité d'un son (comme lors de l'utilisation d'une sourdine). Rimbaud (...) se mit à rire, comme ça lui arrivait souvent, à la muette, en sourdine (VERLAINE, Œuvres compl., t. 4, Prisons, 1893, p. 370). Vous voulez entendre un peu de musique, Wilfred. En sourdine, pour faire un fond (GREEN, Chaque homme, 1960, p. 259).
b) Au fig.
) En sourdine, à la sourdine (vx). Sans faire de bruit; discrètement, sans se faire remarquer. Synon. secrètement, silencieusement. Décamper, partir en/à la sourdine; démarche faite à la sourdine. « Le jeune irrité » (tout Sainte-Beuve est dans ce mot) n'aura eu en définitive ni épée dans la bedaine, ni coup de pied au cul, et il recommencera en sourdine ses machinations, comme dirait Homais (FLAUB., Corresp., 1853, p. 237). Tout se passait d'ailleurs en sourdine, sauf dans les occasions solennelles: c'est ainsi qu'il y eut des batailles terribles au moment du mariage des enfants (MAURIAC, Nœud vip., 1932, p. 144).
) Mettre une sourdine à, mettre la sourdine. Modérer, atténuer, manifester plus discrètement. Mettre une sourdine à sa joie, à son enthousiasme, à ses prétentions. Fais ce que dois, advienne que pourra. Seulement, mets toujours plus la sourdine à tes espérances et attends toujours moins de réciprocité et de respect (AMIEL, Journal, 1866, p. 530). Vatard s'était contenté de créer des filles, et n'osant risquer un garçon, il avait mis une sourdine aux fringales de ses nuits (HUYSMANS, Sœurs Vatard, 1879, p. 34).
B. — Spécialement
1. HORLOG. Ressort qui, dans les montres à répétition, empêche le marteau de frapper sur le timbre. (Dict. XIXe et XXe s.).
2. Synon. de sourdière (dér. s.v. sourd).
REM. 1. Sourdiner, verbe trans., technol. Supprimer les vibrations d'un support de lignes électriques. Sourdiner des isolateurs (Lar. 20e). 2. Sourdinage, subst. masc., technol. Action de sourdiner. (Dict. XXe s.).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. 1568 « trompette sourde » (La Complainte de France, Sonnet 5 ds Anc. Poés. fr., t. 5, p. 37); 2. a) 1611 « cône qu'on introduit dans l'embouchure d'une trompette pour en assourdir le son » (COTGR.); b) 1680 « plaque qu'on place sur le chevalet d'un instrument à cordes pour en assourdir le son » (RICH.); c) 1859 synon. de pédale douce, sourde (dans un piano) (BOUILLET); 3. 1669 « épinette sourde » (Le P. MENESTRIER, Traité des Tournois, p. 175 ds LA CURNE); 4. 1743 « dans une montre à répétition, petit ressort qui empêche le marteau de frapper le timbre » (Trév.); 5. 1777 synon. de sourdière (doc., 24 nov. ds HAVARD 1890); 6. 1840 au fig. mettre une sourdine (BALZAC, Vautrin, III, 10, p. 89). B. Loc. fig. 1. 1585 à la sourdine « en cachette, en secret » (N. DU FAIL, Contes d'Eutrapel, éd. J. Assézat, t. 2, p. 7: desrober quelque baiser à la sourdine); 2. 1835 en sourdine « id. » (STENDHAL, L. Leuwen, t. 2, p. 416). Empr. à l'ital. sordina « sorte d'épinette à son assourdi » (dep. XVIe s., SODERINI ds TOMM.-BELL.), alla sordina « en cachette, en secret », dér. de sordo (sourd). Voir FEW t. 12, p. 456 et 457a. Fréq. abs. littér.:177. Bbg. HOPE 1971, p. 223.

sourdine [suʀdin] n. f.
ÉTYM. 1568; ital. sordina, de sordo « sourd ».
A
1 Milit. Petite pièce de bois qui servait à boucher la trompette afin d'en assourdir le son, pour donner un signal que l'ennemi ne devait pas entendre; la trompette ainsi bouchée; le signal ainsi donné. || Sonner la sourdine (d'Aubigné).
2 (1611). Cour. Dispositif qu'on adapte à des instruments à vent ou à cordes afin d'en amortir le son (d'où une modification du timbre). || Sourdine d'un violon, d'un cor…, d'une trompette. || Sourdine en métal, en caoutchouc…(En jazz). || Trompette jouée avec la sourdine. Oua-oua. || Sourdine d'un piano. Étouffoir, pédale.
(1823). || En sourdine. || Jouer (cit. 47) en sourdine, en utilisant une sourdine, et, par ext., en diminuant l'intensité du son. Doucement. || Un refrain repris (cit. 21) en sourdine. || Accompagnement en sourdine.
1 (…) j'ai relu votre lettre pendant que la radio jouait en sourdine (…)
Montherlant, les Lépreuses, Épilogue, III.
3 Loc. fig., vx. À la sourdine (→ 2. Parer, cit. 3). — ☑ Mod. En sourdine : sans bruit, sans éclat. Discrètement, secrètement, silencieusement.
Mettre une sourdine à… : modérer, tempérer. Diminuer. || Mettre une sourdine à son enthousiasme, à ses prétentions : les manifester moins bruyamment. Rabattre, ton (baisser le).
2 Tout se passait d'ailleurs en sourdine, sauf dans les occasions solennelles : c'est ainsi qu'il y eut des batailles terribles au moment du mariage des enfants.
F. Mauriac, le Nœud de vipères, I, IX.
3 Ne vous étonnez donc pas si je vous demande de mettre désormais une sourdine à votre gaieté.
M. Aymé, le Chemin des écoliers, V.
B
1 (1743). Techn. Ressort empêchant le marteau d'une montre à répétition d'agir en frappant sur le timbre.
2 Sourdière.
C (1669). Par métonymie de A., 1. (Hist. de la mus.). Épinette dont la sonorité était assourdie.
DÉR. Sourdiner.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • sourdine — Sourdine. s. f. Ce qui se met dans une trompette, & à certains instruments de musique pour en diminuer le son, pour en estouffer le bruit. Il y a des airs qu on fait joüer aux violons avec des sourdines. il faut mettre une sourdine dans cette… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Sourdine — Sourdine, so v.w. Dämpfer 2) …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Sourdine — (frz., spr. ßurdihn), der Dämpfer (s.d.) …   Kleines Konversations-Lexikon

  • sourdine — Sourdine, f. penac. Est une espece de trompette ou clairon qui sonne sourdement et sans faire aucun esclat de son, dequoy elle porte ce nom. De laquelle on se sert dans une ville et autre place assiegée, pour au son d icelle secretement convoquer …   Thresor de la langue françoyse

  • sourdine — [soor dēn′] n. [Fr < It sordina < sordo, deaf: see SORDINO] SORDINO …   English World dictionary

  • Sourdine — Sourdines pour trompette Une sourdine sert à changer le timbre et/ou la puissance sonore d un instrument de musique. L utilisation d une sourdine est indiquée sur une partition par la mention con sordino. La mention senza sordino indique qu il… …   Wikipédia en Français

  • sourdine — (sour di n ) s. f. 1°   Épinette d une espèce particulière, dont les cordes étaient touchées par de petites pièces de bois recouvertes de drap ; ce qui produisait un son sourd et mystérieux. •   Il y en avait [des épinettes] d une espèce… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • SOURDINE — n. f. Appareil qui est fixé ou qu’on adapte à certains instruments de musique, pour en affaiblir le son. Il faut mettre une sourdine dans cette trompette. Il y a des airs qu’on fait jouer aux violons avec des sourdines, en sourdine. Il ne faut… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • SOURDINE — s. f. Ce qu on met dans une trompette, et à certains instruments de musique, pour en affaiblir le son. Il faut mettre une sourdine dans cette trompette. Il y a des airs qu on fait jouer aux violons avec des sourdines. SOURDINE, en parlant D une… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Sourdine — Sour|di|ne [zʊr di:n(ə)], die; , n [... di:nən; frz. sourdine < ital. sordina = Dämpfer, zu: sordo, ↑sordo](Musik): Sordine …   Universal-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.